Fuad Abdel Aziz


Journaliste professionnel, correspondant pour l’agence de presse officielle Sana, Fuad Abdel Aziz a été contraint de relayer les mensonges du régime suite au soulèvement de Deraa, première ville syrienne insurgée et envahie par l’armée régulière à la fin du mois d’avril 2011. Soupçonné dès le début des événements de sympathie envers le mouvement révolutionnaire, il raconte la mise en place, au sein de l’agence, de mesures exceptionnelles de surveillance des journalistes.

Son témoignage illustre les pressions exercées à l’encontre des journalistes de la presse officielle syrienne qui remettent en cause la stratégie de désinformation du régime.

Rafaat Al-Ghanem


Blogueur emprisonné en Arabie saoudite pour avoir lancé une pétition appelant à la libération de prisonniers politiques saoudiens, Rafaat Al-Ghanem a été remis par les autorités saoudiennes aux services de renseignement syriens, après le début du soulèvement populaire en Syrie. Dès sa sortie de prison en juillet 2011 il s’est engagé auprès de jeunes militants syriens en faveur d’une révolution pacifique en Syrie et a de nouveau fait face au harcèlement des services de renseignement. Le journaliste a dû se résoudre à quitter son pays pour la Jordanie voisine comme des centaines de milliers de ses compatriotes. C’est en Jordanie qu’il a rencontré Radio El Balad, une radio jordanienne qui a lancé un programme animé par des journalistes syriens. Il revient sur son parcours et évoque le sujet sensible des camps de réfugiés syriens en Jordanie ainsi que les difficultés auxquelles font face les journalistes voulant informer sur les conditions de vie dans les camps.