Amanuel Ghirmay


Dans son pays, l’Erythrée, bon dernier du classement mondial de la liberté de l’information et plus grande prison d’Afrique pour les journalistes, Amanuel Ghirmay a travaillé dix ans au sein du ministère de l’Information. Pas d’autre choix possible puisque la presse privée et indépendante est « suspendue ». A Asmara, le jeune homme était contraint de relayer la propagande gouvernementale. Ne supportant plus de servir un régime tyrannique et cruel, et craignant de subir le même sort que nombre de ses confrères détenus au secret dans les multiples geôles du pays, Amanuel a fui au péril de sa vie.

Journaliste connu et respecté, il est devenu un réfugié parmi d’autres, anonyme, éprouvant comme nombre de ses compatriotes les dures conditions de vie des camps en Ethiopie.

Aujourd’hui établi en France, il travaille pour la station érythréenne en exil Radio Erena. Son témoignage illustre les douleurs des journalistes et réfugiés érythréens.